Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pollinis : Protégez les abeilles du frelon asiatique

voir l'article sur pollinis.org

Cher ami, chère amie,

Avez-vous déjà eu l'occasion d'observer la méthode de chasse impitoyable du frelon asiatique lorsqu'il s'attaque aux abeilles ?

Un bataillon d'une dizaine de frelons se met en formation devant l'entrée de la ruche. En vol stationnaire, les chasseurs guettent avec attention le moindre mouvement provenant de l'intérieur ou le retour à la ruche des abeilles chargées de pollen...

Dans la ruche, c'est l'émoi : les abeilles savent bien ce qui les attend si elles s'aventurent hors des murs protecteurs de leur abri. Et pourtant, il faut bien aller butiner, pour récolter le pollen nécessaire à nourrir les larves et le nectar essentiel pour produire les réserves de miel qui assureront la survie de la colonie.

Quelques abeilles courageuses se dévouent et tentent une sortie. Elles sont immédiatement attrapées au vol par les frelons en embuscade, instantanément décapitées, et leurs corps ramenés au nid pour être dévorés par la progéniture frelone.

Puis l'escouade se remet en place devant la ruche, et renouvelle l'opération. Les abeilles n'ont aucune chance face à ces prédateurs, 2 fois plus grands qu'elles et organisés en véritable commando !

18PFB visuel

Projet #AntiFrelonAsiatique PHASE III

Des ingénieurs de POLLINIS ont trouvé un moyen efficace et écologique de détruire les nids de frelons asiatiques.

Cette invention pourrait stopper la prolifération de ce prédateur en France et en Europe, et l'empêcher d'exterminer des millions d'abeilles.

Aidez-nous à concrétiser la dernière phase de ce projet et sauver des milliers de colonies d'abeilles supplémentaires !

18PFB je soutiens

On estime que seulement 5 ou 6 frelons peuvent à eux seuls anéantir une ruche. Imaginez les dégâts que la population d’un nid, souvent plusieurs centaines d’individus à la fin de l’été, peut causer sur un rucher entier…(1)

Pour les apiculteurs, c'est l'horreur : ils n'ont aucun moyen de protéger leurs abeilles de ces attaques !

Ils peuvent toujours essayer d'attraper les frelons un par un (en essayant de ne pas se faire piquer, car une seule piqûre peut être dangereuse !) ou de les piéger avec des mélanges artisanaux de bière et de sirop, mais les larves grandissent vite : l'armée de frelons se reconstitue à toute vitesse, et il suffit de quelques jours pour que le bataillon de chasseurs soit de nouveau en embuscade devant les ruches.

Pour vraiment se débarrasser de ces nuisibles, il faut détruire leurs nids. Seulement voilà : à l'heure actuelle, on ne dispose que de moyens chimiques très polluants pour les neutraliser !

Les produits utilisés par les pompiers, les désinsectiseurs ou les apiculteurs pour exterminer les nids sont très nocifs pour leur propre santé. Sans parler des dommages par effet de ricochet sur les oiseaux qui se nourrissent des carcasses de frelons et sont à leur tour empoisonnés... Ce mode de traitement chimique est d'autant plus dangereux que les nids ainsi détruits ne sont généralement pas mis à l'écart mais laissés sur place.

C'est pour tenter de trouver une solution efficace et écologique à ce problème de grande ampleur que l'équipe, qui s'est mise en place aux côtés de POLLINIS, travaille depuis maintenant trois ans pour élaborer un système novateur de destruction des nids de frelons asiatiques. Et nous faisons appel à vous, pour nous aider à aller au bout de ce projet indispensable pour la survie des abeilles.

Introduit "par erreur" en France en 2004, le frelon asiatique met en péril l'écosystème déjà fragilisé par les mauvaises pratiques de l'agriculture intensive. Espèce non endémique, il remet en cause les rapports proie-prédateur traditionnels, et menace l'ensemble de la biodiversité française. (2)

Surtout, en s'attaquant aux colonies d'abeilles – déjà bien affaiblies par les produits chimiques déversés dans les champs, les parasites, et la perte de diversité de la flore agricole ! – le frelon asiatique est un risque supplémentaire de voir s'effondrer les colonies d'abeilles. 

Et avec elles, le potentiel de pollinisation indispensable pour maintenir les cultures et sécuriser l'alimentation de toute la population. 

Il ne s'agit pas seulement d'un nuisible dont il faut se protéger pour éviter la piqûre – par exemple, lors des repas d'été en terrasse – comme c'est le cas avec le frelon européen. 

Ici, l'enjeu est bien plus grave : sans les abeilles et leur travail de pollinisation, quel avenir laissons-nous à nos enfants ? Comment pourront-ils se nourrir convenablement et rester en bonne santé, si l'équilibre fragile qui permet la reproduction des plantes dont nous avons besoin est détruit ? 

Vous le savez aussi bien que moi, il y a beaucoup de choses à faire pour sauver les abeilles. Les protéger de prédateurs comme le frelon asiatique, capable de décimer les colonies en quelques jours, en fait partie.

L'équipe de chercheurs et d'apiculteurs avec laquelle travaille POLLINIS a trouvé un système efficace pour détruire proprement – sans produits chimiques - les nids de frelons. Mais pour aller au bout de ce projet, il faut trouver très vite 20 000 euros.

Ce n'est pas un budget énorme, comparé aux centaines de milliers de colonies d'abeilles qui pourraient être épargnées !

Grâce aux donations des membres de l'association, mobilisés pour protéger les abeilles face à ce prédateur redoutable, l’équipe d’ingénieurs réunie par POLLINIS a pu élaborer un système innovant qui peut être manipulé par tous les apiculteurs, et distribué à moindre coût.

Les ingénieurs se sont inspirés d'abeilles asiatiques, Apis ceranae, qui contrairement à leurs cousines européennes savent se défendre contre le frelon asiatique : elles forment une boule autour du frelon, et en agitant leurs ailes, produisent une chaleur et une humidité fatales à l’agresseur. C’est la technique dite du “thermo-balling”.

Les chercheurs ont donc imaginé une technique leur permettant d'introduire une chaleur intense directement à l'intérieur du nid de frelons, à l'aide d’un système propulsant de l’air très chaud sous pression dans une canne perforée, monté sur une perche télescopique à longueur modulable (pour atteindre même les nids perchés en hauteur dans les châtaigneraies et les pinèdes) et tête perçante (pour entrer dans le nid).

Cette invention, pratique, facile à utiliser et très propre, pourra permettre à des milliers d'apiculteurs de protéger leurs ruches contre l'invasion de frelons asiatiques. Comme aucun produit chimique n'est utilisé, la nature n'est pas endommagée par cette pratique, et les oiseaux peuvent se nourrir des frelons ainsi neutralisés.

C’est également un système qui peut facilement être utilisé par les pompiers, souvent appelés pour détruire les nids dans les écoles et les parcs en ville, sans mettre en danger ni leur santé, ni celle des habitants ou des écoliers.

C'est pour finaliser ce système et permettre l'aboutissement du projet que je vous écris aujourd'hui, afin de vous proposer d’apporter vous aussi votre soutien à ce projet indispensable pour stopper la prolifération de ce prédateur en France et en Europe, et protéger durablement les abeilles.

Grâce à la participation des premiers membres de POLLINIS mobilisés, le projet a déjà bien avancé :

Des recherches approfondies ont été menées, ainsi que l'élaboration de plusieurs prototypes et de tests en laboratoire et sur le terrain. Les machines nécessaires ont été achetées, et différents prototypes ont été testés par les pompiers et les désinsectiseurs cet automne – majoritairement avec succès !

Avec l’hiver qui s’installe, les nids vont se vider et les abeilles, en sécurité dans leurs ruches, ne craignent rien dans les mois qui viennent. Mais au printemps, les reines frelones vont rapidement fonder de nouveaux nids, et se mettre en chasse de nourriture pour leur progéniture. 

Les abeilles, qui sortiront à peine de l’hiver avec les maigres réserves de miel qu’il leur reste, seront une cible idéale.

C’est pour cela que je sollicite votre soutien aujourd’hui, afin de nous aider à nous préparer, pendant les quelques mois de sursis que nous avons devant nous, pour armer un maximum d’apiculteurs et de désinsectiseurs à travers tout le pays et qu’ils se tiennent prêts à démarrer la destruction des nids dès leurs premières apparitions au mois de mars.

Nous avons besoin de toute l’aide que nous pourrons réunir, pour financer la phase III du projet : la production du plus grand nombre de perches possibles, et le déploiement du système sur tout le territoire pour être parés à mener l’offensive sur les nids dès le printemps.

C'est pourquoi je vous demande, si vous le pouvez, de nous aider par votre don à aller au bout du projet de destruction des nids de frelons asiatiques mis au point par les ingénieurs et POLLINIS.

Un pompier francilien qui a testé le système, témoigne : "Pour moi, les principaux intérêts du projet de POLLINIS, c'est de ne pas mettre ma santé en danger en utilisant de la poudre dont une partie se diffuse dans l'air et pollue l'environnement."

Nous sommes d’ores et déjà sollicités par des apiculteurs de tout le pays (en Normandie, dans les Cévennes, dans le Var, en Bretagne…) qui voudraient être équipés avant le redoux de mars et la reformation des nids de frelons asiatiques. Et même par l’INRA, que notre prototype intéresse !

Mais pour pouvoir financer la fabrication de plusieurs dizaines de modèles, et s’assurer que l’outil est bien « universel » et adapté à tous types de saisons et de terrains (les nids des frelons sont fabriqués avec des essences d’arbres qui varient selon leur milieu d’habitation), nous ne pouvons encore une fois compter que sur le soutien et la générosité des membres de l’association.

C'est pourquoi je vous demande, si c'est possible, de participer sans attendre à la cagnotte que nous avons prévue pour financer cette étape en cliquant ici.

Il ne nous manque que 20 000 euros pour aller au bout de ces trois années de travail acharné pour trouver le moyen fiable et écologique dont ont désespérément besoin tous les apiculteurs pour débarrasser leurs ruchers de ce nuisible qui décime leurs abeilles. 

Ce n’est pas une somme énorme : il suffit que 500 personnes parmi les membres de l’association participent à hauteur de 40€ chacune pour boucler le budget et assurer la destruction de centaines de nids partout dans le pays, dès leur reformation au printemps…

… Mais sans ce financement, c’est l’intégralité de ce travail qui tombe à l'eau, et avec lui le meilleur espoir qu'on ait, à l'heure actuelle, de débarrasser les abeilles de ce prédateur impitoyable sans dommage pour l'environnement ni pour la santé de ceux qui luttent contre ce fléau.

C'est pourquoi je me permets d'insister : votre contribution est primordiale pour permettre d'achever cette dernière phase et développer enfin à grande échelle le système d'élimination simple et propre des nids de frelons dont les apiculteurs ont tant besoin pour protéger leurs ruchers.

Vous pouvez donner 5 euros, 20 euros, 50 euros, 200 euros, ou tout autre montant qui vous paraît approprié. L'important, c'est que chacun participe, selon ses moyens, à stopper la prolifération du frelon asiatique, pour l'empêcher d'exterminer des colonies entières d'abeilles à travers la France et l'Europe.

Chaque contribution, même petite, est utile pour nous permettre de lancer au plus vite la diffusion du système.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article